Français English Chinois

Une attention particulière

Produire moins pour obtenir des raisins plus riches est l’un des fondements de la conduite des 17  hectares qui constituent notre propriété.


line_left.gif

vendange-main.jpg    Tonneau_2_PF.JPG  cadena_cave_PF.JPG       

Le travail de la vigne

La vigne est plongée dans un long sommeil hivernal. Un repos dont ne jouit pas le vigneron. Pour lui, saison fraîche rime avec taille sèche. Une longue étape durant laquelle il faut éliminer plus de 90 % des sarments qui sont apparus l’année passée.
 
Nous taillons en guyot simple. On laisse un sarment sur chaque cep de vigne pour réduire les rendements et augmenter la concentration des raisins. Ce travail s’achève au début du printemps lorsque la vigne entame son cycle végétatif et que la sève remonte dans le cep.
 
En février et mars, on réalise les travaux d’arcage et de liage : ce qui permet le développement des bourgeons qui sont à la base des bois et de la végétation dans un plan vertical. Etape qui permet de maîtriser la végétation et  faire bénéficier aux  raisins des meilleures conditions de maturation possible.

Nous réalisons à la mi-mars un léger sous-solage pour améliorer le drainage  ainsi qu'un débuttage qui consiste à dégager les ceps de la terre qui les recouvrait. Ce labour répartit et aère le sol désagrégé par le froid de l'hiver et permet  la   destruction naturelle des herbes naissantes.

En début d’été, on pratique le rognage : on coupe la végétation trop volumineuse. On supprime les gourmands au pied des ceps de vignes.

Toujours très respectueux de l'environnement, nous traitons nos vignes avec des produits autorisés en agriculture Bio à base de cuivre et de soufre.  Les produits de synthèse sont proscrits.

La vendange

seau.jpgA l’automne, nous surveillons de très près l’évolution de la maturité selon chaque parcelle et son encépagement. Suivant la qualité sanitaire, nous démarrons la vendange. Celle-ci sera intégralement manuelle. La vendange s’étale sur quelques semaines sous le cliquetis d’environ 20 à 25 sécateurs. Nous nous imposons des tris très sévères pour respecter l’intégrité du raisin.  
 
Dès que la récolte est rentrée, nous pressons les raisins afin de conserver au maximum la concentration aromatique obtenue. Le pressurage pneumatique permet d’extraire des raisins, le jus à des pressions très faibles. Ce type de pressurage est le meilleur d’un point de vue qualitatif. Cette lente opération est suivie par un débourbage du moût à froid.

 

La nouvelle cave

Nouvelle_cave_PF.JPG109_min.jpgC_V_Cave_2016_allegee.jpg

Jusqu’en 2008, le vin fermentait alors en foudres de chêne dans l’ancienne cave de l’Hostellerie durant plusieurs semaines. Dorénavant la vinification se fait dans une cave fonctionnelle et spacieuse.
 
Nous travaillons dans un cuverie inox thermo-régulée et des barriques bourguignonnes en chêne de l’Allier ou des Vosges pour l'élevage de nos Pinot Noir. Ce nouvel outil de travail  rationnel et performant, nous permet de mieux répondre à nos exigences qualitatives et de concentrer nos efforts pour produire des vins de terroir élégants d’une grande finesse aromatique.
 
A cette étape, le soin apporté est encore plus draconien.
 
Une première filtration intervient au début du printemps. Les mises en bouteilles s’étalent d'avril à septembre selon  les cuvées.
 
Nous avons réalisé une unité de stockage qui peut contenir environ cinq fois la production annuelle. Dans des conditions optimales, les vins vieillissent avant de ravir vos palais.
 
Notre savoir-faire est à votre service et nos vins n’ont d’autre ambition que de vous satisfaire pleinement.